Ca va faire ça longtemps ?

Ma belle sœur nous a annoncé qu’elle attendait un bébé. Le numéro 2. Toute ma famille était là sauf FPO. Il était tard, mes amours étaient couchées. Quand ils l’ont annoncé, j’ai ressenti ce pincement, ce mal au cœur, cette boule au ventre, ce cœur qui palpite, cette honte, cette terrible culpabilité, cette immense envie de pleurer, cette grande jalousie, cette envie …. et puis je me suis rappelée que j’avais mes amours. J’ai félicité mon frère, sa femme et je suis allée discrètement voir mes amours dormir. J’ai eu un besoin immense de les voir et de me dire que j’avais réussi, le parcours a été dur, chaotique mais c’est bon. Je respire, elles sont là …

C’est dur et je n’oublierai jamais ces 4 années le ventre tordu, je n’oublie pas mes copines qui n’y arrivent pas, je n’oublie pas ces larmes, et je n’oublie pas non plus cette rage qui me faisait tenir. Alors si toi qui me lit tu désespères, crois en toi, et en ce petit bout qui viendra. Il y aura des moments durs, des semaines longues, des mois interminables, des années vides, des litres de larmes, des rdvs incessants chez ton gynéco, du provames à t’en faire gerber, de l’utrogestan, des fausses couches, des œufs clairs, du sang, des larmes encore, des gorges bien serrées devant les ventres ronds des copines et des « mais pourquoi moi je n’y arrive pas putain !!! » mais quand enfin viendra ton tour, toi aussi tu pourras te lever de table et regarder ton petit bout dormir et te dire que tu as bien fait de te batttre. Croyez en vous les copines et en ce petit chat qui mets du temps mais qui arrive. Promis !

 

Publicités

15 réflexions au sujet de « Ca va faire ça longtemps ? »

  1. J’adore ton article Hélène, je m’y reconnais tellement. Pas un jour sans que je ne demande à mon mari : « mais pourquoi ça ne passe pas ? Tu crois que je vais guérir un jour ? ». Mais quand la blessure a été si grande, il faut beaucoup, beaucoup de temps pour que la plaie se referme, mais je pense qu’il restera toujours quelque chose… ma fille a eu deux ans et je suis toujours aussi sensible sur le sujet, aussi réactive, aussi jalouse, aussi en colère contre l’infertilité qui m’a volée tant de choses… Il faut dire aussi que pour l’entourage, l’arrivée du bebe fait office de baguette magique qui efface tout, et il n’y a plus aucune délicatesse (qui n’était déjà pas leur fort, on en a toutes fait les frais !)… tandis que je me sens toujours une maman « à part », une maman PMA. MAIS, car il y a un MAIS positif dans tout cela : aussi ambigu que cela puisse paraître, mon parcours est aussi une « chance » . Ben en sûr je dis cela parce que j’en suis sortie avec mon bebe dans les bras… Mais J’ai vraiment cette impression de profiter plus que les autres de mon bonheur d’être maman. Elle a deux ans et je n’en reviens toujours pas d’avoir cette chance… je profite d’elle avec un immense bonheur, je m’émerveille de tout, et chaque matin quand je vais la chercher dans son lit mon cœur explose de bonheur, 2 ans que j’ai les larmes aux yeux chaque matin tellement je suis heureuse. À mon boulot (en crèche), où je vois toute la journée des femmes qui tombent enceinte comme elles respirent, elles me semblent tellement blasées, se plaignant sans cesse des côtés négatifs de la maternité. Parfois je me dis qu’elles passent complètement à côté du bonheur d’être maman et j’ai de la peine pour elles ! Et oui ! Je n’aurais jamais cru dire ça ! Mais je crois que c’est là le sens que notre long combat a donné à notre vie, car Oui, il nous a aussi apporté la chance de savoir apprécier notre bonheur… Je sens tant de bonheur en toi, savoure ce bonheur ma belle ! Bisous

    1. Je crois que mes hormones ne sont pas encore toutes parties …. je pleure en te lisant et je suis aussi tout à fait d’accord avec ce que tu dis ! Tous les jours meme quand les filles ralent je me rends compte de notre immense chance ! Pas une journée ne passe sans que je remercie la vie, mon FPO et ces 2 petits amours ! Il est vrai que les gens oublient vite notre parcours …. Une amie qui a attendu 6 mois son bébé nous sort « on va l’appeler Désiré … ca a été tellement long tu te rends compte ? » ……. euh comment dire…! bref je suis comme toi je savoure tout tout tout et je profite autant que toi je pense ! Je t’embrasse fort ma belle Alex, et ta poulette aussi ! Et faut absolument que l’on se voit !!!!! 💕❤️💕

  2. Difficile de se dire que les blessures sont toujours là après tant d’années et quand ce bébé qu’on a tant voulu ne vient pas, voir les femmes enceintes, c’est vraiment dur à gérer… Merci pour ton article

  3. Le parcours PMA restera à jamais gravé et c’est traumatisant. Mais Ouiiiiii ma belle tu as réussi, tes amours sont là ❤️. Merci pour ce message plein d’espoir

      1. Oui je vais bien, merci ma belle ❤️. Je pense aussi très souvent à toi. Je vais profiter de l’été en ayant l’esprit libre avant de prévoir un transfert à la rentrée

  4. Ce parcours, quand ça marche hein, est finalement le plus beau des cadeaux de la vie pour toutes les raisons que je partage mot pour mot avec Alex (pour les avoirs échangés maintes fois avec elle -coucou Alex-) et bien d’autres encore…

    En revanche, quand l’enfant tant attendu ne vient pas, c’est tout autre chose. La double peine.
    Et malheureusement, on a beau dire tout ce que l’on veut, les trop nombreux exemples autour de nous, nous montrent que se battre n’est pas toujours synonyme de victoire… ou du moins de bébé en bonne santé dans des bras si désespérément vides…

    Je suis si heureuse de te savoir -doublement, en plus !- comblée. Gros bisous.

  5. Je te comprends. J’ai tendance aussi à avoir ce pincement au cœur aux annonces.
    Je suis tout à fait d’accord avec ce que dit Alex. Notre « chance » c’est d’avoir conscience de la valeur que ça a d’être maman.

    Bises.

  6. Je n’aurais pas mieux dit 😉 A moi aussi il m’arrive encore « d’oublier » que je suis maman tellement le parcours a été difficile.

  7. Merci pour cet article qui décrit si bien ce qu’on peut ressentir…et pour longtemps je pense.
    Ces sentiments ambivalents quant aux grossesses « faciles » de notre entourage, cette jalousie même avec nos petits bébés à nous…la PMA nous fait prendre conscience de notre chance mais nous prive aussi de cette légèreté que vivent les femmes enceintes qui n’ont jamais connu toutes ces difficultés.
    Quel bonheur en tout cas de voir que ces parcours difficiles ont quand même souvent une issue heureuse 💕

  8. Je ne suis pas dans ta situation, mais je m’imagine très bien réagir comme toi. J’ai envoyé une carte à mes collègues il y a une semaine pour leur annoncer que j’étais enceinte de 7 mois et demi (et encore, j’ai dû me faire violence). Parallèlement, j’ai appris qu’une collègue était enceinte de 4 mois. J’ai eu ce petit pincement (beaucoup moins douloureux que si je n’avais pas été enceinte) et un sentiment de jalousie. Il faut dire que j’ai entendu cette collègue déclarer à plusieurs reprises qu’elle ne voulait pas d’enfant. Elle a changé d’avis (c’est son droit) et hop ! enceinte ! Normal quoi…
    Bisous,
    Lily.

  9. Ca me fait cet effet là à moi aussi, à chaque fois. Etrange sentiment et besoin de se rassurer en se disant que nous aussi on a eu droit à ce bonheur là et à cette annonce si merveilleuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s