J’ai appris à mentir

Aujourd’hui, j’etais en formation et à midi, une table de filles, chacunes parlent d’enfants … Ca ne me gêne en rien, je donne le change en disant que moi je me marie l’année prochaine, que je veux être mince pour rentrer dans ma robe … Si mes collégues savaient qu’en fait j’ai déjà consulté en PMA, que j’ai une ménopause précose, que mon Petit Oeuf ne me ressemblera pas …

Elles sont venues ensuite à parler de ces femmes qui n’arrivent pas à avoir d’enfants, que c’est dur, qu’il faut « décompresser et ne plus y penser » … Et que ça ira tout seul, que tout est dans la tête. Et la formatrice qui en rajoute une couche sur le psy qui influence le corps et bla bla bla …. J’avais envie de leur dire que non il n’y a pas que le mental, que moi dans mon cas, c’est écrit dans mes gênes depuis longtemps, que je peux ne plus y penser, faire autre chose, déménager, changer de boulot, ce n’est pas pour autant qu’un Petit Oeuf viendra.

Mais je n’ai rien dit, j’ai fait semblant, j’ai juste dit « Je touche du bois pour moi après le mariage, j’espère que ça ira tout seul » … Je ments, je n’ai jamais autant menti à mon entourage que depuis que je sais comment j’aurais mon Petit Oeuf.
Je berne les autres, je donne le change, je fais comme si je n’en avais pas envie maintenant tout de suite, je fais comme si cela ne me rongeait pas de l’intérieur, je joue au couple dynamique plus interressé par les sorties que la vie de famille,je fais comme si j’étais insensible à ces bébés, à ces femmes enceintes, je vis une double vie, c’est un autre moi qui s’exprime.

Je n’attends qu’une chose,q ue Futur Papa Oeuf me dise que l’on peut partir en Espagne avant le mariage, que oui je vais être enceinte, que je porterai notre enfant. J’en meurs d’envie, je ne veux que ça, je ne pense qu’à ça, j’aimerai tellement que l’on soit déjà l’année prochaine.

Ce soir, je suis tellement pessimiste, je me dis que le temps ne passera jamais. Ce week end nous avions un baptême, Futur Papa Oeuf était le parrain. Il était beau avec ce bébé dans ses bras, je l’imaginais avec notre Petit Oeuf, il connait les gestes, il est parfait, je me suis laissée imaginer que c’était notre bébé.

ballon hope

Publicités

10 réflexions au sujet de « J’ai appris à mentir »

  1. Une double vie, un double de toi, mais quand le moment sera venu tu réussira à ne faire plus qu’une, pour ton plus grand bien;
    La société est tellement normative, uni focale, que c’est souvent difficile de dire, que non, ce n’est pas aussi simple, c’est souvent difficile d’être minoritaire de d’affirmer sa minorité devant la majorité.
    Vivement qu’un petit oeuf d’ailleurs puisse venir t’apporter ce que tu attend si ardemment.

  2. En parcours PMA, il faut bien choisir les personnes à qui on peut se confier.
    Le sujet est pour moi encore trop tabou pour en parler en public, et même en famille.
    Je ne suis pas sûre que cela soit la bonne méthode pour faire changer les mœurs, mais pour le moment je n’y arrive pas.

  3. Quelle horreur ce déjeuner… J’aurai peut-être répondu, énervée « ah vous êtes passée par là pour savoir aussi bien que ça comment réagir? ». Tu as du sang froid. Mais au moins, toi, tu n’as pas leur bêtise ni leurs idées préconçues

  4. Les préjugés ont la vie dure. Moi je suis un peu comme Marinette, renfermée sur mon secret. A tel point que je ne sais plus comment m’en sortir, à qui le dire ? comment ?

    1. Moi je pense que c’est important d’en parler à des personnes de confiance ( ma petite bulle comme je l’appelle) – cela me fait du bien même s’il ne me comprennent pas toujours mais au moins ils savent des fois pourquoi cela ne va pas. Et puis il y a la blogosphère, ça fait du bien de se parler entre nous, on se comprend plus facilement… 🙂

  5. Je suis d’accord avec le fait qu’on se confie plus facilement aux copinantes car elles comprennent, tout simplement!
    Mon homme prend souvent les enfants des autres dans les bras. Et souvent je m’imagine quel papa formidable il ferait. Pour nos hommes hip hip hip! Hourra!!

  6. On l’a toutes entendu « C’est dans la tête », « Faut pas y penser »… Si seulement c’était possible. Selon les jours j’arrive à faire comme toi, faire semblant que ça me touche pas, mentir, et parfois c’est plus dur. Je suis devenue assez douée pour cacher mes larmes maintenant. Garde l’espoir, j’espère que ton parcours sera le plus court possible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s